Monsieur le Directeur,

Monsieur le Secrétaire Général,

Madame la Députée Marine Brenier tient à vous faire part au nom de Mme Valérie Pécresse, des propositions faites en faveur de l’école suite à votre courrier la sollicitant pour connaître sa vision et les mesures qu’elle prendrait en faveur de l’école dans le cadre de son programme présidentiel.

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations ou lui faire remonter des suggestions, Madame la Députée se tient à votre disposition, ainsi que toute son équipe parlementaire dont je fais partie.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, Monsieur le Secrétaire Général, l’assurance de mes salutations distinguées.

L. C., Collaboratrice parlementaire de Marine Brenier, députée.

Nice, le 23 février 2022
Monsieur PAJOT Thierry

En votre qualité de directeur d’établissement scolaire, je tenais à vous faire part des propositions faites par Valérie Pécresse en faveur de l’école.

Vous le savez comme moi, l’avenir d’un enfant se construit dès ses premières années d’école. Or, l’école de la République, dont nous sommes si fiers parce qu’elle offre sa chance à chacun, glisse aujourd’hui sur une mauvaise pente. Les enseignants s’épuisent à tenter de porter à bout de bras un système qui n’est plus respecté.

Le niveau global des élèves baisse et les inégalités augmentent. La France est le pays de l’OCDE où l’origine sociale a le plus fort impact sur les résultats scolaires, En Europe, nos élèves sont les derniers en maths en CM1, les avant-derniers en 4ème.

Personne ne discute ce constat qui se traduit par une pénurie inquiétante d’enseignants. La question est maintenant de savoir comment faire pour résoudre cette crise.

Pour nous, il est indispensable de coordonner les solutions entre toutes les parties prenantes que sont les parents et les enseignants bien sûr, mais aussi les élus et les acteurs économiques et sociaux du territoire où grandissent nos enfants. C’est le principe de la Nation éducative porté par Valérie Pécresse. Tout le pays doit être mobilisé pour remettre sur pied l’école de la République, l’école fabrique de la France.

Je sais que malgré les déconvenues et le découragement, vous continuez à porter haut votre vocation. C’est pourquoi j’ai voulu vous présenter les grandes lignes de ce projet unique par sa méthode. Il s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’éducation.

Pour les élèves :

  • Remettre les fondamentaux à l’école et en finir avec la fatalité du décrochage. L’école doit permettre à chaque élève de trouver sa voie.
  • Deux heures de français et une heure de maths en plus par semaine.
  • Apprentissage de plusieurs langues étrangères et du langage informatique.
  • Éducation au bon usage des écrans et des réseaux.
  • Non à l’écriture inclusive qui suscite l’exclusion car elle complexifie la compréhension.
  • Examen avant l’entrée en sixième pour accompagner au collège les enfants qui n’ont pas acquis les fondamentaux en primaire (6è de consolidation).
  • Développement d’écoles publiques innovantes, 100% autonomes et gratuites dans les quartiers populaires et territoires ruraux.
  • 100% des formations en lycée professionnel en alternance d’ici 2027.
  • Développement de partenariats lycées universités et de cursus universitaires à distance.

Pour les parents :
Les parents doivent être aidés quand ils en ont besoin pour accompagner la scolarité de leur enfant. Ils doivent être sanctionnés quand ils ne respectent pas l’école républicaine.

  • Création d’un Conseil des droits et devoirs des familles autour du maire.
  • Encadrement des élèves exclus envoyés dans des structures de réinsertion scolaire.
  • Poursuite systématique pour tout outrage ou agression de professeur.
  • Zéro tolérance à l’égard des communautarismes. Port du voile interdit pendant les sorties scolaires.
  • Création d’une réserve éducative nationale pour organiser gratuitement l’aide aux devoirs.
  • Création d’ateliers d’aide à la parentalité pour renforcer la prévention face au harcèlement, aux addictions, à la pornographie…

Pour les enseignants :
On ne devient pas enseignant par hasard, mais par vocation. L’amour du savoir et l’envie de transmettre forment le cœur du métier, dans une école du respect.

  • Augmentation des salaires en début de carrière pour ceux qui acceptent des missions supplémentaires, ou enseignent dans des territoires isolés ou des établissements difficiles.
  • Régionalisation des recrutements.
  • Création de 10 000 postes (enseignants, surveillants, directeurs d’établissements…) sur 5 ans.
  • Création de contrats de mission éducative de 5 ans.
  • Mise en place d’une large autonomie pédagogique d’organisation et de gestion pour que les lycées et les collèges puissent financer leurs projets.
  • Création d’un vrai statut pour les AESH.
  • Rétablissement d’une peine minimale d’un an de prison ferme pour les auteurs d’agression contre les professeurs.
  • Création d’une structure dédiée gérée par le ministère de l’Intérieur pour signaler les faits d’atteinte à la laïcité et de radicalisation islamiste.

Autour de l’école :
L’école doit être un sanctuaire de l’apprentissage du savoir ouvert sur le monde qui l’entoure. Les élus locaux seront mobilisés et aidés par l’Etat afin de former les élèves à des métiers qui leur permettent de rester dans leur région, s’ils le souhaitent.

  • L’Etat aidera les collectivités locales pour sécuriser les abords des établissements.
  • Pas de fermeture de classe contre l’avis du maire.
  • Rapprocher les lycées professionnels des entreprises et des centres de formation des apprentis en confiant les lycées professionnels aux régions.
  • Au collège et au lycée, l’orientation sera confiée à des intervenants missionnés par les régions pour impliquer les entreprises et permettre aux établissements de suivre au plus près l’évolution du tissu économique de leur territoire.

Je vous adresse, Monsieur le Directeur, mes plus sincères salutations.

Marine BRENIER, Députée des Alpes-Maritimes